top of page

LIVRE

logo-bdm.jpg
UZI-Logo.jpg

CAVALAIRE-SUR-MER

MAISON DE LA NATURE - L'USINE

CAVALAIRE-SUR-MER - 83

MAISON DE LA NATURE - L'USINE

A proximité de la mer, au pied du massif des Maures et au cœur du Domaine Foncin, se trouve l’UTOM, ancienne usine de traitement des ordures ménagère. La ville de Cavalaire-sur-Mer envisage d’y créer une Maison de la Nature dans un cadre paysager exceptionnel, propice au développement d’une action d’éducation à l’environnement et de sensibilisation au patrimoine architectural, paysager et naturel au sein d’un massif boisé de grande qualité.

Le projet s’inscrit dans une démarche BDM - niveau OR

Ce bâtiment, aux caractéristiques architecturales plutôt qualitatives, prend place à l’entrée d’un site classé, dont les accès publics font l’objet d’un projet de réaménagement pour sa revalorisation patrimoniale et paysagère, mais également dans la gestion même de cette fréquentation publique et dans les pratiques déambulatoires des usagers actuels du site ou de ses abords.

 

Sa transformation en Maison de la Nature, à vocation pédagogique devient une dynamique de projet de territoire, par la sensibilisation des publics accueillis mais également par les espaces de projet qu’elle met à disposition : parc, jardins partagés, lieux d’exposition permanents.

 

C’est au cœur de ce bâtiment technique laissé en désuétude depuis plusieurs années, que s’installera la nouvelle maison de la nature appelée “l’USINE”. L’objectif est complexe, il s’agit de convertir un ancien bâtiment technique en lieu d’accueil du public, au cœur d’une zone soumise aux incendies et à proximité d’un site classé.

 

Dans ce contexte exceptionnel, au paysage ponctué de caps, d’îlots rocheux, de plage et de forêt méditerranéenne, la future maison de la nature est imaginée afin de s’intégrer et de mettre en valeur le paysage méditerranéen dans lequel elle s’insère. Elle doit être un lieu éducatif, favorisant la sensibilisation au respect de l’environnement ainsi que la découverte des spécificités d’un territoire. C’est pourquoi, l’ensemble du projet d’architecture et de paysage converge, pour sensibiliser les visiteurs et mettre en avant le caractère précieux d’un tel patrimoine naturel. Elle accueillera, une salle de conférence, un espace d’exposition, des ateliers, une buvette....

 

L’intérêt et la mise en valeur de ce patrimoine bâti transparait par la conservation des ouvertures majeures existantes et de leurs proportions, ainsi que la mise en scène des volumes intérieurs existants qui retracent l’activité du lieu. 

Les volumes intérieurs sont évidés, les éléments bétons des anciennes cuves sont en partis démolis, concassés sur site et réutilisés dans l’aménagement des espaces extérieurs. Les éléments de structure existants en béton sont laissés brut, la cage d’ascenseur est réalisée en agglo et laissée brut .

Deux plancher intermédiaires ( mixte bois/béton) sont créés et permettent d’accueillir des boites en structure bois. Un escalier monumental en bois permet de connecter les différents niveaux. Les éléments de bois rapportés contrastent ainsi avec cette enveloppe en béton.

le projet valorise les filières locales de bois d’œuvre.

  • Bois certifié « bois des Alpes » pour tous les bois massifs utilisés en bois d’œuvre (pannes et madriers en sapin) = 5,5m3.

  • Bois certifié « bois de France » pour tous les bois en lamellé collés utilisés en bois d’oeuvre.

  • Bois certifié « bois des Territoires du Massif Central » pour les menuiseries.

Le projet, reconnu au niveau OR de la démarche BDM, se distingue par la dimension paysagère, territoriale et écologique forte du programme et de la conception. Un travail est mené sur les matériaux biosourcés, avec la valorisation de la filière bois locale pour les éléments de structure intérieure, volets bois, menuiseries, aménagements intérieurs… et l’utilisation d’isolants biosourcés en parois verticales (fibre de bois), sous face de plancher haut (mélange coton, jute, lin) et partiellement en plancher bas (liège)

Sur le plan technique le projet développe les solutions suivantes :

  • Concassage des bétons de déconstruction pour aménagements paysagers.

  • Désimperméabilisation des sols extérieurs sur le parvis Est avec mise en œuvre d’un mélange terre-pierre + forte végétalisation

  • Isolants biosourcés en parois verticales (fibre de bois), sous face de plancher haut (mélange coton, jute, lin) et partiellement en plancher bas (liège)

  • Protections solaires adaptées aux orientations et aux usages

  • Aménagements intérieurs en bois brut, peintures à base d’argile

  • Le test final d’étanchéité à l’air présente un Q4= 0,57 m3/m2.h

  • Une chaufferie à granulés de bois

  • La généralisation des brasseurs d’air

  • Une ventilation simple flux à insufflation (avec batterie chaude) permettant de réduire la saison de pleine chauffe de décembre à février.

  • Le bilan énergétique présente un Cep fin de chantier = 49,5 kWhep/m2.an équivalent à un gain de 31%par rapport au niveau BBC Effinergie Rénovation)

  • Les besoins Chaud à fin de chantier ont été vérifiés par STD et s’avèrent inférieur à 8 kWhef/m2.an (soit un niveau passif).

  • La Maîtrise d’Ouvrage a validé dès l’APS le recours à des toilettes sèches

  • Ces dispositions ont facilité la mise en œuvre d’une phytoépuration pour traitement des eaux de lave-mains et de cuisine

  • Enfin une cuve d’eau pluviale de 8m3 a été mise en place pour alimenter l’été la phytoépuration lors des périodes de fermeture du site aux visiteurs.

Un bilan Sobriété, Carbone, Conforts en phase Usages sera livré dans deux ans. Des accompagnements et une formation des utilisateurs et gestionnaires du lieu sont programmés.Le site est caractérisé aujourd’hui par sa dangerosité en cas d’incendie de forêt avec un fort aléa.Toutes les dispositions sont donc prises pour diminuer la vulnérabilité au feu du bâtiment, tout en valorisant sa dimension environnementale et sa frugalité matérielle.

L’ensemble des ouvertures sont protégées par des volets en bois de manière à assurer l’étanchéité aux flammes et aux gaz chauds ; la façade la plus exposée au risque d’incendie de forêt est minérale, habillée de pierre, les autres façades, en maçonnerie, seront habillées d’une couche de liège de 15 cm d’épaisseur. Le liège est un matériau reconnu comme très performant vis-à-vis du feu comme le prouve la survie des chênes lièges après les incendies de forêt grâce à la protection pourvue par leur écorce. Il n’est pas propagateur de flamme, il est faiblement combustible et ne provoque pas de vapeurs nocives en cas d’incendie ;

Maître d'ouvrage : Commune de Cavalaire-sur-mer

Équipe de projet :  OH!SOM architectes, Nicolas Faure ( paysagiste / Domene ( acc. BDM, QE), SP2I (TCE), 9B+ ( scénographe) / Localisation : Cavalaire-sur-mer (83)  / Programme : Salle de conférence, espace d'exposition, atelier pédagogique, buvette, théâtre de verdure / Surface : 490 m2 + 200m2 extérieurs /

Coût : 2 326 0009 € HT (bâtiment) - 641 374€ ( extérieurs)

Livraison Mars 2024

Crédit photographique: Florence Vesval

bottom of page